site web
0 12 minutes 6 heures

Comment se développer sur le Web ?

Il s’agit d’une considération stratégique qui peut comporter de nombreuses nuances, mais si une réponse directe et quelque peu générique s’impose, c’est non : le web ne suffit pas pour se développer !

Lorsque nous envisageons le web comme un moyen de nous développer, nous devons penser à un travail qui est conceptuellement différent de ce que nous faisons déjà, et en particulier, si nous voulons nous développer avec le web, nous devons commencer par le comprendre nous-mêmes et ne pas toujours déléguer (ou espérer dans les autres).

Un site web, une stratégie commerciale, un e-commerce, un site vitrine sont autant de parties de l’entreprise qui, idéalement, se développent en parallèle et nous devons avoir avec cette branche de l’entreprise tous les soins qui ont permis à l’entreprise d’être ce qu’elle est. Si notre approche du web consiste à créer un site et à le faire réaliser par des tiers, en payant une redevance, il est inutile de parler de croissance, ni d’attendre des résultats. (Ceux qui les proposent ne font que nous tromper).

blog wordpress

Si l’approche du web n’est pas proactive, si l’approche du web ne doit pas être comprise comme une croissance, du moins une croissance stratégique, il ne peut y avoir de progrès, mais seulement une dépense de plus dans le budget de fin d’année. Une croissance qui peut être conceptuelle et confiée à des personnes extérieures, amdweb propose aussi ces solutions, mais elle doit surtout être mise en perspective et non dans l’immédiat et vue en parallèle avec les stratégies d’entreprise.

Commençons par comprendre les logiques : quelles sont les logiques du web ?

Pour voir réellement une croissance sur le web, il faut réfléchir aux raisonnements du web et aux logiques qui amènent le client à naviguer, qui n’ont pas toujours pour but de chercher quelque chose et qui ne sont pas toujours faites dans l’intention d’atteindre une fin. Si, toutefois, dans notre compréhension de la logique du web, nous parvenons à être exhaustifs et concrets dans nos contenus, d’une part, et d’autre part, à attirer l’attention avec des slogans ou des images, il nous est facile d’éveiller la curiosité dans les pérégrinations du client et d’attirer ainsi de nouveaux visiteurs au fil du temps.

Si un client cherche des détails, il doit trouver du concret et une première partie de conseil, c’est-à-dire qu’il doit comprendre que nous sommes des professionnels et non pas que nous avons mis quatre petites pages sur le web parce que c’était nécessaire, ensuite il peut procéder à un contact, acheter ou autre, sur la base des services que nous offrons ; en même temps, si nous voulons investir, nous devons ouvrir un cycle d’informations qui doit être mis à jour constamment.

En même temps, si nous voulons investir, nous devons ouvrir un cycle d’informations qui doit être constamment mis à jour. D’une part, nous devons penser à ceux qui cherchent pour perdre du temps, d’autre part, nous devons penser à ceux qui cherchent spécifiquement, et enfin, nous devons penser à ceux qui ne savent pas encore qu’ils pourraient avoir besoin de notre aide.

seo blog

Comment pouvons-nous évoluer sur le web si notre approche ne change pas ?

Le point de départ pour obtenir un résultat du web est de commencer à voir les choses avec l’œil du web, donc nous ne pouvons pas penser que les stratégies que nous avons utilisées au fil du temps pour nous développer et nous établir sont toujours valables et nous ne pouvons pas penser que le web comprend notre façon de faire les choses. Si autrefois avoir un magasin était une certitude (on ouvrait un commerce avec beaucoup de sagacité et de réflexion), aujourd’hui on risque d’ouvrir et de fermer avec un gouffre de dettes en quelques mois et la même chose peut arriver dans le web parce que sans logique et sans une étude approfondie du secteur ou du produit on ne peut pas espérer réussir ou entamer un quelconque processus de développement ou de croissance : on paie une redevance à ceux qui font le travail et c’est tout.

Avoir des points de vente sur le web, comme le pensent malheureusement de nombreux experts du domaine, ne signifie pas avoir les bons outils pour le faire soi-même, mais plutôt commencer un parcours de formation, au moins conceptuel, afin de faire grandir et de développer un personnel spécifique, qui a un minimum de compétences dans le secteur spécifique à intégrer avec des parties techniques professionnelles. Nous ne pouvons pas penser qu’il suffit d’avoir un site ou une bonne plateforme pour se développer, nous avons besoin de compétences en matière d’écriture et de compréhension de la façon de parler à travers le web, nous avons besoin de compétences en matière d’interprétation du web et, en parallèle, nous ne pouvons pas penser qu’une bonne préparation peut donner des résultats valables sur des plateformes standardisées. Tout doit être professionnel, de la partie technique à la partie conceptuelle.

  • La réalisation de brochures ou de dépliants n’a pas la logique du web.
  • Le message d’un dépliant n’est pas un message adapté au web
  • Une affiche publicitaire n’est pas une page web

Notre raisonnement doit être contextualisé avec un travail professionnel et un personnel de soutien pour une croissance équilibrée et ciblée qui soit un investissement et non un coup d’éclat. L’entreprise restera sur le marché pendant des années et pendant des années elle doit avoir ce soutien de la toile ; ensuite ce sont les stratégies internes qui examinent la possibilité d’avoir des consultants externes, avec leurs avantages et leurs inconvénients, ou de former du personnel spécialisé au sein de l’entreprise. Méfions-nous d’un aspect trompeur : le web est un peu aveugle et surfer pour chercher ou faire des comparaisons peut sembler aux yeux du propriétaire à l’ancienne, un passe-temps coûteux.

blog seo

Malheureusement, la mer d’incompétents qui croient que tout est facile, caractérisée pour la plupart par des échecs dans d’autres secteurs (nous sommes volontairement sévères dans ces considérations, car l’improvisé noie l’entreprise), nous fait croire qu’avec quelques heures ou quelques leçons on peut être un expert du web, en misant de toute façon sur le coût dérisoire de la consultance, mais en ignorant le fait que de cette façon ils trompent tout le monde (en particulier ceux qui n’ont aucune expérience) et noient ensuite les derniers espoirs de l’entreprise de gagner cette ligne de crise.

Nous ne pouvons pas banaliser un contexte commercial comme le web, en ridiculisant notre présence avec des systèmes open source réalisés en quelques heures ou réalisés parce que nous avons participé à un cours de quelques heures, parce que notre entreprise a des années d’histoire et de sacrifices que nous ne pouvons pas banaliser en quelques pages.

95% des entreprises en ligne font l’erreur de banaliser, 100% des personnes qui sont amères du peu de résultats ont banalisé leur présence sur le web, elles ont pensé que le web suffisait pour se développer sans rien faire d’autre, en payant une facture minable et en mettant des années de travail, de sacrifices et d’investissements dans quelques lignes de texte. Ne pas investir consciemment signifie que nous trouvons des entreprises leaders sur le marché qui n’ont pas la moindre profondeur sur le web, c’est pourquoi nous trouvons des showrooms internationaux, anonymes et moqués dans les communautés virtuelles. Rappelez-vous que le web n’a pas de retour direct, aucun client ne viendra dire que le site n’est pas à la hauteur des normes de l’entreprise, et cela est parfois mal compris ou du moins sous-estimé. Sommes-nous une entreprise importante ? Le site doit l’être aussi, et cela doit être confirmé par les données d’accès et de permanence, et non par des compliments anodins de clients qui achètent.

blog seo

Connaître le web pour se développer

Connaître le web pour se développer, un point de départ pour la croissance et l’amélioration. Nous ne pouvons pas nous faire confiance, nous ne devons jamais nous faire confiance, mais nous devons comprendre, grandir et travailler aux côtés de ceux qui font le travail pour nous afin de combiner l’expérience directe sur le web et l’expérience dans le secteur. Nous ne devons pas devenir des programmeurs, mais nous devons comprendre, comprendre ce que signifie investir dans les systèmes CMS, investir dans les textes, dans la structure, et ne jamais avoir peur parce qu’il est normal de ne pas savoir et c’est le devoir des consultants de faire comprendre aux gens, s’ils nous confient des professionnels. Ensuite, bizarrement, il est aussi plus commode pour ceux qui font les sites de bien les expliquer, car en impliquant ceux qui font un travail, on a plus d’informations et plus de possibilités de se développer et de gérer les intérêts des deux ensemble. Nous devons être clairs sur ce que nous achetons et comment nous le dépensons. Plate-forme, propriété, qui est propriétaire du site après son exécution, achète-t-on la source ou seulement l’application sont des aspects à comprendre et à analyser afin de toujours avoir tout sous contrôle. Il est normal que la source ne soit pas achetée, un problème qui ne se pose pas pour les systèmes open source puisqu’ils sont gratuits. Il est normal qu’un site coûte 3000 euros et que le code source coûte 10 000 euros, mais comprenons-nous, en tant que propriétaires, ces différences avant de dépenser ? Comment pouvons-nous penser que la toile peut suffire à se développer si nous ne sommes pas ceux qui la rencontrent ?